Le projet P.L.U.T.O

Parmi tous les problèmes logistiques posés par le débarquement outre-Manche d’une armée ultra-mécanisée et grande dévoreuse de carburant, celui du ravitaillement en essence était crucial.

Une solution originale fut avancée dès 1942 par Lord Mountbatten, alors chef des opérations combinées, qui proposa de mouiller un pipe-line sous-marin. Après bien des tâtonnements, des tubes semi-rigides finirent par être mis au point. Ils devaient acheminer le carburant de l’île de Wight jusqu’à Cherbourg. Pour les dévider sur les fonds marins, d’immenses tambours furent aménagés dans les cales de navires se prêtant à l’opération. Un autre système fut également imaginé avec les « Conums », de gigantesques bobines de 15 mètres de diamètre, garnies de plusieurs dizaines de kilomètres de tubes et tirées par des remorqueurs.

L’opération reçut le nom de P.L.U.T.O. ; rien à voir avec le célèbre chien de Walt Disney, mais simplement les initiales de Pipe Line Under The Ocean.

Le pipe-line sous-marin commença à fonctionner à Cherbourg au début du mois d’août 1944. Cependant, dès le mois de juin, un autre système avait permis de ravitailler les armées alliées. Devant Port-en-Bessin et Sainte-Honorine-des-Pertes avaient été aménagés des terminaux pétroliers, ravitaillés par des tankers ancrés au large. De là, partait un réseau de canalisations destiné à acheminer rapidement le carburant nécessaire aux armées alliées en les suivant au fur et à mesure de leur progression.