Les Normands dans la bataille

Au cours de l’été 1944, les Bas-Normands se sont trouvés pris au beau milieu d’une gigantesque bataille. Au plus fort des affrontements, dans le courant du mois de juillet, plus de deux millions de soldats se faisaient face, soit deux fois plus qu’il n’y avait d’habitants dans les départements de la Manche et du Calvados où se déroulaient alors les combats.

Dans ces conditions, les victimes civiles furent particulièrement nombreuses. Pour échapper aux bombes ou aux obus, la population se réfugia dans les caves, les grottes, les carrières, les galeries de mines, dans des tranchées couvertes de fagots. Par dizaines de milliers, des gens de la Manche et du Calvados s’enfuirent vers le sud, prenant les chemins de l’exode sur des routes rendues dangereuses en raison des mitraillages aériens.

Pendant ce temps, d’autres Normands, engagés dans les rangs de la Résistance, s’efforçaient d’apporter leur appui aux Alliés.

La Bataille de Normandie, engagée sur les plages le 6 juin 1944, dura beaucoup plus longtemps que prévu et ne se termina qu’à la fin du mois d’août. Dans ces conditions, la libération des communes ne se fit que lentement et progressivement. Au fur et à mesure où celle-ci s’accomplit, les Normands réservèrent aux troupes alliées un accueil enthousiaste.