Les ouvrages de défense rapprochée des plages

Les Widerstandnester («nids de résistance »), implantés à proximité immédiate du littoral, sur les falaises, les dunes ou les digues, sont des ouvrages plus légers que les batteries côtières. Ils sont destinés à la défense rapprochée des plages contre les troupes d’assaut.

Ils se composent en général d’une ou deux casemates équipées de canons de moyen calibre (50, 75 ou 88mm) disposés de manière à prendre les grèves en enfilade, de Tobrouk (cuves bétonnées enfouies dans le sol et munies en surface d’une ouverture circulaire où peut prendre place un fantassin), de positions de mortiers, de mitrailleuses et de pièces antiaériennes, le tout étant relié par un réseau de tranchées.

Au printemps 1944, on ne dénombrait pas moins de 200 Widerstandnester le long des côtes de la baie de Seine. On en comptait, par exemple, une quinzaine sur les 6 kms de plage entre Vierville et Colleville (futur secteur d’Omaha Beach).

Beaucoup plus que les batteries côtières, ces ouvrages de défense rapprochée causèrent des pertes sévères dans les rangs des soldats alliés le 6 juin 1944.