Secteur des troupes aéroportées américaines

Pour protéger le secteur d’Utah Beach, sur le flanc ouest de la zone de débarquement, l’état-major allié a décidé de larguer dans la nuit précédant l’assaut deux divisions de parachutistes américains, dont la mission est d’enrayer les contre-attaques allemandes. La 82e Airborne du général Ridgway doit notamment s’emparer de l’important nœud routier de Sainte-Mère-Église et des ponts sur le Merderet. La 101e Airborne, commandée par le général Taylor, s’efforcera quant à elle de prendre le contrôle des sorties de plages en arrière d’Utah Beach.

Entre minuit et 3 heures du matin, près d’un millier d’appareils de transport C-47 « Dakota » lancent au-dessus du Cotentin plus de 13 000 parachutistes. Mais l’opération s’effectue généralement dans de très mauvaises conditions. Pris à partie par la FLAK, de nombreux appareils, pressés de se mettre à l’abri et de quitter les lieux, volent trop haut et à vitesse trop élevée. Les parachutistes tombent bien souvent fort loin de la « Drop zone » qui leur a été assignée, parfois jusqu’à des dizaines de kilomètres de l’endroit prévu. Beaucoup s’égarent, s’empêtrent dans les arbres ou s’embourbent dans les marais ; certains même s’y noient. Plusieurs « sticks » s’abattent au beau milieu du bourg de Sainte-Mère-Église, accueillis par le feu meurtrier de la garnison allemande.

A 4 heures du matin, une centaine de planeurs Waco, transportant des renforts et du matériel, sont largués au-dessus de la campagne normande. Beaucoup s’écrasent à l’atterrissage contre les haies. C’est ainsi que périt le général Don Pratt, commandant en second de la 101e Airborne.

De nombreuses unités sont hors d’état de se regrouper en vue des actions à mener. Fort heureusement cette dispersion aura pour effet de dérouter les Allemands, incapables d’apprécier la force et les positions de l’adversaire. De là résultera une nuit de combats aussi sporadiques que confus dans la campagne normande.

Vers 4h 30 pourtant, un bataillon de la 82e Airborne, commandé par le lieutenant-colonel Edward Krause, réussit à s’assurer de Sainte-Mère-Église.

Au matin, bien des heures seront encore nécessaires aux parachutistes pour se regrouper avant d’opérer, en début d’après-midi, la première liaison, du côté de Pouppeville, avec les éléments avancés de la 4e division d’infanterie, débarquée à l’aube sur la plage de Sainte-Marie-du-Mont.